> fr > Laboratoires > LCSN, Université de Limoges

LCSN, Université de Limoges

Laboratoire de Chimie des Substances Naturelles

Faculté des Sciences et Techniques
Laboratoire de Chimie des Substances Naturelles
123, avenue Albert Thomas
87060 Limoges cedex
Tél : 05 55 45 74 90
Fax : 05 55 45 72 02

 

Identification de la structure

Laboratoire de Chimie des Substances Naturelles, LCSN
Créé en 1990 - EA 1069
Établissement de rattachement : Université de Limoges

Responsable / Directeur Laboratoire

Monsieur Vincent Sol, Professeur
Courriel : vincent.sol@unilim.fr

Personnel

Permanents

  • Chercheurs et enseignants-chercheurs : 15
  • techniciens : 4
    Non permanents
    Doctorants : 15
  • Post-doctorants
  • Professeurs étrangers invités : 1

Élément de l’Institut Fédératif environnement et eau, et centré à l’origine autour de la chimie organique, le CSN est devenu une structure pluridisciplinaire originale comprenant des chimistes, des biochimistes et des biologistes. Avec une proportion raisonnable entre recherche fondamentale et recherche technologique, le CSN s’attache à valoriser les substances naturelles dans deux directions essentielles : l’élaboration de molécules à activité thérapeutique ou phytosanitaire ainsi que la valorisation des agro-ressources.

Le LCSN s’intéresse tout d’abord à l’élaboration de nouveaux antiviraux. Ces produits sont synthétisés à partir de sucres et les résultats déjà obtenus ont montré une certaine activité vis à vis du virus du SIDA.

Une autre thématique du laboratoire consiste à élaborer des photosensibilisateurs phototoxiques aptes à détruire spécifiquement sous action de la lumière soit des tumeurs cancéreuses soit des bactéries pathogènes. Les tests biologiques effectués dans notre unité ont démontré l’activité d’un nombre important de ces nouveaux composés sur des lignées cellulaires cancéreuses ; nous avons également mis au point des photosensibilisateurs actifs sur les bactéries pathogènes gram+ ou gram-.

Projets rattachés aux thématiques de la FREDD
Le second thème de recherche du laboratoire est lié à des problèmes importants d’environnement et vise à valoriser la biomasse par l’obtention de matériaux biodégradables, de filtres à micropolluants et de molécules bioactives sous le double aspect glycochimie et glycobiologie. La biomasse constitue en effet une source renouvelable de molécules, encore insuffisamment exploitée. Les débouchés sont nombreux. Nos thématiques actuelles visent tout d’abord à valoriser les fractions cellulosiques et/ou hémicellulosiques de co-produits agricoles et forestiers tels que les sons de céréales, la paille, les rafles de maïs, les écorces et les sciures. Ces films ont été obtenus par différentes modifications chimiques simples telles que l’estérification par des acides gras ou l’amination réductrice sur la matière brute, avec en particulier des écorces, nous sommes parvenus à fabriquer des filtres à micropolluants capables de chélater les métaux lourds contenus dans l’eau. Un tel concept constitue une alternative intéressante pour la dépollution des eaux. Enfin, le LCSN a induit dans la toute dernière période un programme visant à dégrader ou à modifier par voie enzymatique les polysaccarides contenus dans différentes plantes pour l’obtention de molécules biologiquement actives (antibiotiques, anticancéreux, allergènes...)

Les procédés d’élaboration des nouveaux produits font appel à des méthodes de « chimie propre », n’utilisant pas de solvant organique et induite par des micro-ondes. Le laboratoire dispose de moyens d’analyse et de tests biologiques absolument nécessaire à une recherche de pointe : spectroscopie UV, spectrométrie infrarougeà transformer de Fourié, irradiateur micro-onde, cytométrie en flux, polarimètre, RMN (dans le cadre d’un programme multiformation), CPG, HPLC, spectrophotomètre d’absorption atomique à flamme, lyophylisateur, étuve à CO², éléctrophorèse 1D, fluorimètre, PCR. Depuis sa fondation le LCSN a été à l’auteur de 70 publications dans des revues nationales et surtout internationales, 50 présentations à des congrès, 18 conférences et 3 brevets. Il a initié de nombreuses collaborations nationales et internationales (Universités de Tirana, Lublin, Belfast, Minnesota, Kénitra, Gienssen, Mitsuama, Vilnius, Universität für Boden Kultin de Vienne).

Enfin, il a tissé d’importantes relations avec les organismes institutionnels (DRAF, ADEM, ANVAR, Pôle bois Limousin..) et des industries (Limagrain, Aventis, L’OREAL, SILLAB, SOTHYS...). Par ailleurs, sur le plan formation, le LCSN est responsable sur le site de Limoges des parcours « application de la chimie » (finalité recherche) et du parcours « valorisation chimique et biologique des productions agricoles » (finalité professionnelle). Les doctorants sont préparés au laboratoire dans le cadre de l’école doctorale ED 258.

Cette structure est ouverte aux demandes de prestations technologiques ou de partenariat avec les entreprises régionales et nationales désireuses d’utiliser nos savoir-faire analytique ou de développer des protocoles expérimentaux originaux dans le secteur de la valorisation des substances naturelles sous leur aspect chimique ou biologique.

En conclusion, créé il y a une quinzaine d’années, le LCSN constitue un apport important tant sur le plan de la recherche que sur le plan de l’enseignement pour les sciences chimiques et biologiques
.